Friday, January 19, 2007

Citation du 20 janvier 2007

Miss.Tic - Parisienne - éditions Lélia Mordoch

Ohé, les « Infidèles » du Fan club ! la tendance philosophique de Miss.Tic, vous la connaissez ? Selon vous elle serait anarcho-féministe, quelque chose comme l’enfant que Flora Tristan aurait eu avec Bakounine ?

Hé bien, je suis navré de vous démentir : Miss.Tic est platonicienne. Oui : pla-to-ni-cienne, vous m’avez bien entendu ! Et j’en apporte la preuve : l’éthique, c’est l’esthétique du dedans.

Prenez par exemple le Banquet de Platon, en particulier la comparaison qui permet à Alcibiade de décrire Socrate (Banquet, 214a-218b) : Socrate, nous dit-il, est comme ces statues de silènes qu’on trouve dans les ateliers des sculpteurs. Ce sont des statues qui s’ouvrent comme des boites et qui contiennent à l’intérieur la statuette d’un Dieu. Socrate, comme les silènes, est très laid, mais son âme est d’une beauté vraiment divine : esthétique du dedans.

Mais attention ! C’est l’éthique qui est esthétique ; pas le contraire.

Ce qui veut dire que ça ne marche que pour la beauté morale. Certes, la beauté physique peut être un indice de la bonté morale, mais elle ne l’est pas nécessairement, ainsi que le révèle le cas d’Alcibiade (même référence) : sa grande beauté allait de paire avec la dépravation de sa conduite. L’esthétique du dehors n’est donc pas l’esthétique du dedans.

Mais comment appréhender cette « esthétique du dedans » ? Est-ce la belle âme (1) ? Sans doute, mais on retrouvera les difficultés de sonder l’âme des autres (déjà qu’avec la nôtre ce n’est pas si facile). Non, c’est dans ses actions qu’on découvre la beauté de l’âme. Alcibiade ne loue pas Socrate seulement pour ses beaux discours de philosophe, mais aussi pour son endurance et son courage à la guerre, pour son abnégation lorsqu’il l’a sauvé de la mort.

Nous voilà arrivé : Miss.Tic, dans sa grande sagesse nous invite à juger nos amis à leurs (belles) actions et non à leur aspect physique.

Mais alors il faut admettre qu’entre l’esthétique du dehors et l’esthétique du dedans, il y a place pour une troisième catégorie : l’esthétique de la belle action, qui est une esthétique relationnelle, ce qui est en total accord avec la morale grecque.

… « accord avec la morale grecque »… Quoique…


« Nouer des liens » ! Troublante Miss.Tic…

(1) La " belle âme " désigne chez Hegel l’état de la conscience morale soucieuse de la seule pureté de son intention et se refusant dès lors à agir. Cette figure de la conscience constitue une critique du christianisme et de l’idéalisme allemand (le moralisme de Kant et l’idéalisme esthétique et religieux des contemporains de Hegel).

1 comment:

YCA-Achigram said...

Bonjour,
Une fois encore vous hissez Miss.Tic au niveau de Marx et Montaigne (je suis faignant!!)
Il serait peut être intéressant que nous puissions communiquer en direct, mon mail : jy.ca@free.fr