Wednesday, December 22, 2010

Citation du 23 décembre 2010

J'écrirai des poèmes / sur le lait le beurre la crème / j'écrirai des odes en vers heptasyllabiques / sur les vaches les brebis les biques / j'écrirai des myriades de myriades de sonnets / sur le vent qui couche les lourds épis de blé / j'écrirai des chansons / sur les mouches et les charançons / j'écrirai des sextines / sur les fonds de jardin où se mussent les latrines…

Raymond Queneau, La main à la plume – Battre la campagne (1968) (lire la suite ici)

A l’instar du Chant du Styrène (que nous célébrions ici), Raymond Queneau, 10 ans plus tard met sa lyre au service d’une grande cause nationale : l’éloge de la Campagne, celle qui a fait la France éternelle, celle qui a servi de terreau au Peuple français-de-France.

1968 : à l’heure où l’élite de la jeunesse française rêvait d’élever des chèvres sur le causse du Larzac (chèrement disputé aux militaires), Queneau accompagnait de ses vers heptasyllabiques (sic) cet élan vers les charançons et les latrines.

Plus sérieusement, Queneau fait quand même plus que nous dérider un peu avec des incongruités. La poésie c’est aussi – ou d’abord – un travail sur les sonorités. C’est avec des mots qui, plus que de vecteurs neutres de la signification, ont leur chair et leur sang dans leur sonorité, dans leur prononciation, dans leur rythme.

La poésie de Queneau, c’est tout ce qui se perdrait si d’aventure on se mêlait de la traduire dans une autre langue.

D’ailleurs, comment dit-on : j'écrirai des sextines / sur les fonds de jardin où se mussent les latrines en anglais (ou en allemand) ? (1)

----------------------------------------------

(1) Au fait, vous avez peut-être séché en lisant que les latrines « mussent » au fond du jardin.

--> Musser ? Quésaco ? Le TLF, qui j’ai consulté pour vous épargner la fatigue donne comme équivalent : se dissimuler.

On pourrait donc écrire : J’entrevis la nymphe au pied léger / qui musse au fond du bois. - ?

Oui – Mais ça marcherait moins bien qu’avec les latrines.

2 comments:

Mylagan said...

Musser...mais ça ressemble au patois de ma région (le nord pas de calais), je connais assez peu le patois, je l'ai découvert un peu grâce à ma belle famille qui emploie par exemple le verbe "mucher" au lieu de "cacher", je comprends aujourd'hui d'où ça vient. Merci :)

et...joyeux noël !

Mylène said...

Allez, je me lance et je propose la traduction suivante :

-- I will write sestine,
'bout latrines in gardens, far, hidden from display.

Joyeux Noël !